Madagascar : Amélioration de la production du riz

Le Madagascar compte produire d’ici à 2018, 12 millions de tonnes de riz pour assurer son autosuffisance alimentaire. Le ministère de l’agriculture de la grande île a affirmé qu’il mettrait toutes les ressources et atouts du pays en œuvre pour arriver à cette fin. Une production suffisante du riz, qui est le principal aliment de l’ile, réduira sensiblement les importations de ce produit à hauteur de 20% par an. Si la grande île atteint cet objectif, elle pourrait exporter le produit  vers les autres pays de l’océan indien tout en encaissant plusieurs millions d’euros annuellement. Par ailleurs, la grande île de l’océan indien compte sur l’appui financier du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) et celui de la fédération malgache des chambres de commerce et de l’industrie pour réaliser  ce projet. Pour l’efficacité du programme, le Madagascar a été divisé en régions agricoles susceptibles de produire du riz dans des conditions optimales pour les marchés nationaux et internationaux. En outre une collaboration axée sur le domaine de la recherche agricole sera mise en place entre l’Africa Rice et le centre malgache de recherche appliquée au développement rural. Africa Rice est une organisation panafricaine de recherche œuvrant pour l’amélioration des moyens d’existence en Afrique par des activités scientifiques et des partenariats efficaces. Toutefois le Madagascar tient à atteindre son statut de « grenier » de l’océan indien en respectant les problématiques environnementales et écologiques.

La grande île ne s’adonnera donc pas à une agriculture intensive nécessitant des engins capables d’endommager les terres malgaches. Les producteurs de riz devraient donc se soumettre à des mesures d’hygiène afin de mettre des produits sains à la disposition des consommateurs nationaux et sous-régionaux.

One thought on “Madagascar : Amélioration de la production du riz

  1. Je suis très heureuse que cet article traite à la fois d’améliorer les méthodes culturales de production de riz, mais, aussi (et c’est important) de respecter les « problématiques environnementales et écologiques ». Il ne serait pas intelligent de répéter les mêmes erreurs des Américains et des Européens en matière d’agriculture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *