Rwanda : Du génocide à l’émergence

A l’instar de nombreuses économies africaines, l’économie rwandaise reste aussi caractérisée par la faible diversification économique, un chômage élevé, une forte dépendance de l’aide publique au développement (jusqu’à 18% du revenu national brut en 2009), ainsi qu’un investissement privé local qui reste encore faible et un secteur informel important. Toutefois, le pays a réalisé des progrès remarquables en ce sens que, depuis 2001 par exemple, le Rwanda a l’une des économies réalisant une plus forte croissance en Afrique. En effet de 2001 à 2007 la croissance réelle du PIB a été en moyenne de 6,8% par an et a atteint en 2008 un taux à deux chiffres de 11,2%. Autre indicateur intéressant, est le revenu par habitant qui est passé de 550 dollars PPP en 2001 à 1010 dollars en 2008. Au vue ces progrès remarquables, certains observateurs s’accordent à dire qu’il était possible au pays d’atteindre certains Objectifs du Millénaire pour le Développement à savoir : la réduction de moitié de la pauvreté, espérance de vie, etc. Ces performances sont essentiellement le fruit de plusieurs facteurs tels que le redressement d’une économie effondrée, une gestion macroéconomique remarquable, une dynamique sectorielle et une amélioration des institutions. Après un génocide en 1994 qui restera gravée dans toutes les mémoires, le Rwanda a su assurer le redressement économique de cette situation désastreuse, et figure aujourd’hui au rang des pays africains émergents. Outre le redressement, signalons que la situation macroéconomique rwandaise a pris visiblement une très bonne voie comme le programme Rwanda Revenue Authority, avec qui, la collecte des impôts devient de plus en plus efficace, et améliore ainsi le ratio des recettes publiques sur les dépenses budgétaires. Aujourd’hui le Rwanda est plus que jamais un pays prisé par tous les investisseurs privés du monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *