Tanzanie : Suspension de la construction d’une autoroute

tanzanierEn Tanzanie, la Cour de justice de l’Afrique de l’Est a ordonné la suspension de la construction d’une autoroute qui devait traverser le parc national du Serengeti.
Les raisons d’une telle suspension sont essentiellement d’ordre environnemental. En effet, le parc national du Seregenti   le plus important  de la Tanzanie.  Chaque année, il connaît deux  migrations  de plusieurs millions de bêtes sauvages.  Or le tracé d’une autoroute   perturberait fortement  ces migrations.
Le projet de construction d’une autoroute à travers ce parc avait été annoncé par le gouvernement tanzanien en 2010. A  terme, la route  devait traverser le  nord  du parc  sur une distance de 53 km, et relier  les villes touristiques de Musoma et Arusha.
Aussitôt, l’ONG  kenyane ANAW (Africa Network for Animal Welfare)  avait saisi la Cour de justice de l’Afrique de l’Est. Cette organisation, vouée à la cause environnementale, estimait que la construction d’une route serait néfaste pour l’équilibre de l’écosystème environnemental.
La Cour a estimé dans  sa décision que le projet de construction de l’autoroute était contraire aux lois communautaires de l’Afrique de l’Est relatives à la protection de l’environnement.  Elle a également  jugé que cette affaire soulevait des  problématiques relatives au développement durable, au droit de l’environnement, et au rôle de l’Etat dans la conservation des ressources naturelles.
La Cour de justice de l’Afrique de l’Est est l’organe judiciaire principal de la CAE (Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est) qui regroupe notamment  la Tanzanie, le Rwanda l’Ouganda, et  le Burundi.
Le parc national  du Serengeti, est  l’un des plus grands parcs animaliers d’Afrique. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, il abrite près de 4 millions d’espèces animales.

3 thoughts on “Tanzanie : Suspension de la construction d’une autoroute

  1. En tout cas, l’Afrique de l’Est est vraiment en avance pour ce qui est de résoudre ses propres problèmes, et cela fait plaisir. Par contre en Afrique de l’Ouest…ils sont toujours tourné vers les anciens colonisateurs dés qu’il y a quelque chose qui ne marche pas bien. 🙂

  2. Franchement, je pense que c’est une excellente nouvelle. On ne peut pas faire passer une autoroute dans une réserve naturelle. Non seulement la construction de celle-ci demande l’abattage de nombreux arbres. Mais dès qu’elle sera construite, les animaux ne sauront plus aller d’un côté à l’autre. Et s’ils essayent, ils risquent de se faire renverser. Enfin, les braconniers risquent également d’en profiter pour venir tuer les animaux et emporter leur cadavre encore plus facilement.

  3. Bravo à la cour de justice tanzanienne. Cette autoroute aurait été un désastre irréparable pour les animaux et pour l’humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *