Les fausses monnaies circulant au Nigeria suscitent la polémique

LAGOS, NIGERIA - JULY 15:  A detail of some Nigerian Naira,(NGN) being counted  in an exchange office on July 15, 2008 in Lagos, Nigeria.  (Photo by Dan Kitwood/Getty Images)

La Banque centrale du Nigeria (CBN) a réagit aux propos de l’ancien gouverneur adjoint de l’institution, Obadiah Mailafia, selon lequel 20% des liquidités circulant dans le pays était de la fausse monnaie.

Dans un communiqué, le directeur par intérim de la communication à la CBN, Isaac Okoroafor a contesté ces allégations, et indiqué que la banque a mis en place des mesures strictes pour s’assurer que le taux de fausses liquidités circulant dans le pays, soit le plus bas possible.

« Il est clair qu’aucune monnaie dans le monde n’est à l’abri de la contrefaçon. Nos données indiquent que de janvier à décembre 2016, moins de 1 % des liquidités en circulation était de la fausse monnaie. Nous concentrons tous nos efforts de sorte à rendre la tâche difficile pour les personnes derrière cette pratique », a expliqué  Okoroafor. De plus, a-t-il ajouté, «nous avons menés plusieurs campagnes de sensibilisation pour aider les populations à vérifier si une monnaie était fausse ou vraie».

«Il est très étrange qu’un ancien responsable de la CBN ait émis de tels propos sachant à quel point ils pourraient porter atteinte à la valeur de la monnaie locale ainsi qu’aux efforts du gouvernement fédéral et de la CBN, visant à assurer la stabilité de la machine financière du pays», a-t-il ajouté, invitant Mailafia à appuyer ces propos de preuves.

Ce mercredi, Obadiah Mailafia, ancien gouverneur adjoint de la Banque centrale du Nigeria a révélé que 20% des liquidités en circulation au Nigeria sont de la fausse monnaie. Le pire d’après lui, est que les autorités compétentes semblent l’ignorer. «Les fausses liquidités en circulation ne sont pas prises en compte par les politiques monétaires du pays et leurs forts taux d’intérêts pourraient prolonger la récession», a-t-il soutenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *