300.000 litres de carburant de contrebande saisis par la douane nigérienne

La douane nigérienne a présenté hier, un bilan de l’opération baptisée « Zéro point de vente illégal » destinée à combattre la vente de carburant illicite, frauduleusement introduit dans le pays depuis le Nigeria voisin.

Au total, 300 000 litres d’essence et de gasoil ont été saisis au cours des descentes des forces de l’ordre dans les rues de la capitale, Niamey, et ses environs, a déclaré le responsable des opérations, le colonel . Des points de ventes illicites de carburant ont été démantelés et des contrevenants ont été appréhendés lors de l’opération.

Pour le Col Moussa, malgré ces résultats très satisfaisants, l’opération ne va pas faiblir. Au contraire, elle « entrera dans sa phase ultime » dans les prochains jours, pour s’attaquer aux « poches de résistance de ce trafic dangereux ».

La vente de carburant de contrebande est monnaie courante en Afrique subsaharienne. Dans la capitale Nigérienne, les auteurs de ce commerce illégal s’installant même à proximité des stations-service régulières.

Le phénomène est encore plus poussé dans les autres pays ouest-africains, comme le Nigeria, le Bénin, le Togo et le Ghana. Chacun de ses pays tente d’endiguer le phénomène, mais la bataille est loin d’être gagnée par les autorités.

Le Niger est devenu en 2011, un modeste producteur de pétrole avec quelque 20.000 barils jours. Mais les autorités sont préoccupées par l’ampleur de la contrebande de carburant en provenance du Nigeria voisin, premier producteur de brut du continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *