L’économie mozambicaine galvanisée par l’exploitation minière en 2011

2011 se présente sous les meilleurs auspices pour l’économie mozambicaine. La croissance prévue en 2011/2012 est environ de 7.5% contre 6.5% actuellement, une des meilleures prévisions pour un pays subsaharien pour la même période.

Le Brésil et la Chine ne sont pas étrangers à ces prévisions. Ces deux pays ont en effet énormément investi sur le charbon au Mozambique. La croissance économique attendue repose essentiellement sur le début de la production de charbon et l’exportation, surtout dans la province occidentale de Tete, où sont situées les mines de Benga et de Zambeze. La région de la province de Tete se situe le long du fleuve Zambèze à plus de 1 000 km au nord de la capitale, Maputo. Elle contient les plus grosses réserves mondiales de charbon. Des milliards de tonnes et des variétés très diverses. Il y a le « charbon à vapeur » qui est utilisé dans les centrales thermiques pour produire de l’électricité. On y trouve également le « charbon coke » qui est une variété plus dure et plus chère, principalement utilisée dans les aciéries. Cette variété affleure à seulement 30 mètres de profondeur, promettant ainsi des coûts d’extraction peu élevés. De plus, le « charbon coke » est un combustible qui a la cote en ce moment puisque la croissance des industries chinoises et indiennes en ont fait exploser la demande.

Les investissements sont donc en train d’affluer au Mozambique. Et les projets, portés par des entreprises brésiliennes, australiennes, indiennes et chinoises et représentant parfois plusieurs centaines de millions de dollars, se multiplient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *