Malawi : Le FAO aux cotés de Lilongwe

MDG : Malawi : EU Andris Piebalgs, FAO Jose Graziano and President Joyce BandaPar le biais de son directeur général, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’Agriculture (FAO) a encouragé les efforts entrepris par le Malawi pour lutter contre la faim et l’extrême pauvreté sur son territoire. Aussi, l’institution a rappelé encore une fois la nécessité de s’appuyer sur des améliorations dans le secteur agricole. Parmi les éléments témoignant de l’engagement de Lilongwe, les autorités du pays ont énuméré 3 facteurs, à savoir la reconnaissance au droit à l’alimentation, l’allocation de plus de 10% du budget national aux besoins du secteur agricole ainsi que la révolution dans la production du maïs, où le pays est passé d’importateur passif à exportateur. Selon le directeur de la FAO, ces efforts sont d’autant plus louables que l’environnement du pays est marqué par des pressions sur les prix alimentaires, une inflation soutenue et des pénuries de récoltes précédentes. L’Organisme internationale considère donc que le Malawi est sur la bonne voie, et qu’à ce rythme, le pays pourrait atteindre les objectifs du millénaire en matière de faim sur son territoire. Le directeur a également réaffirmé l’engagement de l’organisation aux cotés du Malawi pour soutenir la promotion de la sécurité alimentaire et la protection sociale. Il convient de signaler que l’activité économique du Malawi est essentiellement basée sur l’agriculture avec près de 80% de la population y exerçant. Le secteur agricole représente à ce jour près de 40% du PIB national et environ 70% des recettes en matière d’exportation. Au delà des efforts fournis jusque là, le pays peut encore réaliser des améliorations. Le pays doit diversifier sa production agricole et optimiser ses processus de production.

L’Union Européenne reste le premier donateur du pays avec près de 800 millions de dollars en 6 ans. A travers le FAO, le pays va bénéficier d’un plan d’aide d’environ 84 millions de dollars dans le secteur agricole, pour le renforcement de la productivité et l’irrigation ainsi que d’une somme de 45 millions de dollars pour l’aide aux familles extrêmement pauvres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *