Ouganda : Besigye n’abandonne pas

Près de deux mois après sa défaite aux élections présidentielles face à M. Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986 , M. Kizza Besigye n’à cessé d’organiser des manifestations en vue de déstabiliser le fonctionnement du régime en place. Ces manifestations déclenchées depuis le 11 avril dernier ont engendré de nombreuses conséquences et plusieurs  arrestations du chef de l’opposition, mais celui-ci semble ne pas abandonner sa lutte.

En effet, présentement hospitalisé à Nairobi, à l’issue des blessures subies lors de sa dernière arrestation, M. Besigye a affirmé dimanche que, les « manifestations pacifiques » se poursuivront en Ouganda malgré la répression et les mises en garde du régime. Ce dernier avait été arrêté le jeudi dernier par la police ougandaise, en brisant les vitres de sa voiture et en l’aspergeant de gaz lacrymogène, sous l’œil des caméras, avant de le relâcher quelques heures plus tard. Pour protester contre cette nouvelle arrestation du chef de l’opposition du pays, des émeutes ont éclaté vendredi dans tout Kampala, la capitale de l’Ouganda ; là aussi violemment réprimées par les forces de l’ordre, avec au moins deux tués par balle, 143 blessés hospitalisés dont onze par balle, selon la Croix-Rouge locale.

Rappelons que ces manifestations caractérisées par les appels à la population, à se rendre au travail à pied pour lutter contre l’inflation, sont les fruits de la nouvelle stratégie adoptée par l’opposition après avoir renoncé à porter devant la justice ses allégations de fraude massive. Dans cette lutte, M. Besigye a été interpellé à quatre reprises, a été blessé à la main par un tir de balle plastique, et est sous le coup de plusieurs inculpations, dont incitation à la violence et rassemblement illégal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *