Le Cameroun, maillon faible dans la traçabilité de diamants de la Centrafrique

diamant-rca-camerounLes faibles contrôles des autorités camerounaises facilitent le trafic «des diamants de guerre» en provenance de la République centrafricaine (RCA), révèle un rapport de Partenariat Afrique Canada, pointant du doigt le laxisme du Cameroun.

Cette organisation affirme que des diamants centrafricains pénètrent les marchés internationaux via le Cameroun.

«Les frontières poreuses permettent de pénétrer la chaîne d’approvisionnement légale en raison de ses faibles contrôles, de la contrebande et de la corruption», fait savoir l’Ong.

«Bien que le tollé international soulevé par le financement de la guerre au moyen des «diamants du sang» en République centrafricaine ait entraîné l’adoption de mesures pour arrêter le commerce, on n’a pas porté la même attention aux voisins de la RCA», regrette Joanne Lebert, directrice générale de Partenariat Afrique Canada.

Le rapport, intitulé « Du conflit à l’illégalité » fait la cartographie du commerce des diamants de la République centrafricaine au Cameroun et examine l’incapacité du Cameroun à mettre en œuvre le Processus de Kimberley, le système international de certification des diamants destiné à mettre un frein au commerce des diamants issus des zones de conflit.

«Des négociants camerounais achètent des diamants de l’autre côté de la rivière, en République centrafricaine, pour les apporter ensuite aux bureaux d’achat de la région orientale du Cameroun », lit-on dans ce rapport.

Les diamants sont «auto-déclarés» comme provenant du Cameroun, et des certificats du Processus de Kimberley sont émis, attestant leur statut de diamants libres de conflit, ce qui permet leur exportation vers les marchés internationaux, dénonce le rapport de Partenariat Afrique Canada.

Cette ONG appelle le Processus de Kimberley à imposer des mesures spéciales au Cameroun, exigeant un resserrement des contrôles internes dans un délai de trois mois, période durant laquelle aucun diamant ne quitterait le Cameroun sans le contrôle et l’aval d’experts externes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *