Soudan : Une chrétienne condamnée à mort.

apostasieeJohn Kerry,  secrétaire  d’Etat américain  a exprimé jeudi, son inquiétude pour la Soudanaise  Meriam Yahia Ibrahim Ishag, condamnée à mort  pour apostasie. Il a  notamment  appelé  les  autorités  soudanaises  à  faire  preuve d’indulgence, et à   entreprendre  une  réforme  des   lois du  pays.  « Le Soudan est engagé depuis longtemps  sur   un chemin  « tortueux »,  a  indiqué le secrétaire  d’Etat,  tout  en  rappelant  son profond engagement  pour ce pays.  Selon lui, les autorités  soudanaises  devraient  respecter le droit de  Mme Ishag    à exercer  la religion de son choix, et la remettre en liberté. Il a  également  appelé le gouvernement  à abroger   les lois contraires à la Constitution de 2005,  et   à la Déclaration universelle des droits de l’Homme.
Pour  rappel,  Meriam  Ishag est une  jeune soudanaise musulmane de 27 ans   qui avait comparu le 15 mai  dernier devant un  tribunal,  pour  avoir  épousé un homme de confession chrétienne. Or selon la loi islamique en vigueur au Soudan,  il est formellement interdit à une femme musulmane de se marier à un homme de  religion différente, ce qui est considéré comme  une apostasie, c’est-à-dire un  reniement   de la religion musulmane. C’est pourquoi le tribunal  l’avait condamnée à la mort par  pendaison, avec 100 coups  de fouet.
Seulement,  Mme  Ishag n’est  pas musulmane,  ou  du moins, ne se considère pas comme  telle.  Née d’un père musulman, qu’elle a perdu dès son enfance, elle a été élevée par sa mère de confession  chrétienne orthodoxe.
Sa condamnation  avait  suscité  la réaction  de plusieurs  ambassades  occidentales  au Soudan,  de même  qu’une forte  mobilisation des organisations de défense des droits humains à travers le monde.
Pour  l’heure,  Mme Ishag  est toujours  détenue en prison, où elle a accouché  d’une fille, il y a  quelques semaines.

One thought on “Soudan : Une chrétienne condamnée à mort.

  1. Franchement, je ne peux même pas comprendre que l’on puisse reprocher à quelqu’un ses choix religieux. Que l’on puisse vouloir tuer une femme, mère de famille, qui n’a jamais fait de tord à personne juste parce qu’elle pense telle ou telle chose, me semble le comble de l’horreur. Si les religions ne nous amènent que de telles fruits, je pense que nous ferions mieux de nous passer d’elles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *