Mali : une insécurité routière grandissante.

Le lancement de la décennie d’actions pour la sécurisation routière 2011-2020 au Mali, a eu lieu à l’Hôtel de l’Amitié et présidé par le président lui-même, Amadou Toumani Touré.       En 2010 le bilan des accidents routiers au Mali n’est guère réjouissant parce qu’au total il y a eu 8100 victimes, dont 580 tués. Ce qui explique bien entendu pourquoi le président était très remonté contre les agents de l’Etat qu’il a blâmé, lors de cette cérémonie de lancement avant d’ajouter «L’Etat a failli. Personne ne veut prendre de responsabilités, pour ne pas courir le risque d’avoir des mécontents sur le dos. Alors que, face à certaines situations, l’État doit s’accommoder du monopole de la force pour se faire entendre». Etaient présents à ses côtés le ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, Sadio Gassama, et de celui de l’Equipement et des Transports, Hamed Diane Semega. Ce dernier a présenté à cette occasion un tableau très peu reluisant de l’insécurité routière dans le pays. En effet les statistiques sont alarmantes : en 2006 par exemple, la route avait fait 8 472 victimes, dont 642 tués. En 2009, il y a eu 9 411 accidentés, dont 573 décédés et en 2010, 8 100 victimes, dont 580 tués. L’analyse de ces données reflète que plus de 60% des victimes sont des usagers d’engins à deux roues et que près de 50% sont des jeunes. Et pour conclure, ATT a estimé que la seule solution pour réduire les accidents de la route reste la stricte application des mesures pouvant régir le Code routier du  pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *