Tchad:Moyens insuffisants pour les rapatriés de Centrafrique.

FRWR-CENTRAFRIQUE-refugies-vers-tchadLe rapport d’une mission d’évaluation de plusieurs Organisations non gouvernementales (ONG) atteste que les rapatriés de la République centrafricaine vivent dans des conditions précaires au Tchad.
Invité du jour de BBC Afrique, Bruno Maes, représentant de l’UNICEF au Tchad et coordonnateur humanitaire affirme que « la situation est difficile pour les trente mille personnes venues de la Centrafrique ».
En effet, les conditions d’accès à l’abri, à l’eau potable, à la nourriture et aux soins sanitaires ne sont pas satisfaisantes pour ces rapatriés. 80% d’entre eux sont des femmes et des enfants dénués de tous moyens de subsistance.
Face à ce drame, une partie de ces rapatriés tchadiens notamment les enfants, est en proie à des infections respiratoires, au paludisme et aux traumatismes en raison des violences qu’ils ont subies. L’invité de BBC Afrique à d’ailleurs souligner le risque d’épidémie de rougeole et de méningite auquel ils pourront être exposés parce qu’ils n’ont pas bénéficié depuis plusieurs mois de vaccins.
Quant à l’éducation, la situation est alarmante dans la mesure où, arrachés à leurs établissements en Centrafrique, ceux-ci ne sont toujours pas intégrés localement. Selon Bruno Maes, « un grand nombre de ces populations n’a plus d’attache au Tchad ».
Pour l’heure, en attendant une réaction des pays donateurs, le coordonnateur humanitaire appelle à une mobilisation de tous les partenaires pour assister et stabiliser sur le terrain ces populations en leur offrant des soins, de l’eau potable, de la nourriture et des conditions d’hygiène satisfaisantes afin qu’elles aient un peu de force pour survivre.
« La dynamique de crise en Centrafrique complique la visibilité des organisations humanitaires en termes d’afflux de personnes », a conclu Bruno.Face à cette situation déplorable, des mesures supplémentaires doivent être prises pour parer aux éventuels débordements et offrir le nécessaire aux populations rapatriées.

2 thoughts on “Tchad:Moyens insuffisants pour les rapatriés de Centrafrique.

  1. Comme quoi le fouteur de merdre n’arrive pas à gérer ses compatriotes. Au lieu de s’acheter que des armes avec l’argent du pétrole des tchadiens pour tuer les humains innocents, il fera mieux de le mettre à la disposition de ses peuples puisque c’est à cause de lui qu’ils sont dans cette situation.
    Les tchadiens étaient bien en Centrafrique, on n’a jamais eu des soucis avec ce peuple et voilà que DOTODJA et son parrain sanguinaire de DEBY viennent foutre la merdre. C’est dommage ce qui arrive à ces peuples, mais ayons confiance à Dieu un jour nous retrouverons la paix et la force de nous pardonner croyez moi.

  2. Pourquoi vivent-ils chez eux dans une institution de précarité? puisqu’ils sont chez eux. Ils disaient que leur pays le Tchad est mieux que notre pauvre pays la RCA. Ils sont tous complices de la seleka Djihadiste, islamiste mercenaire. En vérité toute la communauté Tchadienne vivant en RCA n’est pas Humaine. Ce sont des gens brutaux, sauvages, vivant de la fausseté, ils n’ont pas de bonnes réputations.
    Alors une fois de plus ils sont déjà chez eux que leur Président dictateur Idriss déby les penne en charge. Des coupeurs de routes, des bandits , des trafiquants de tout genre , des rebelles sans vision politique pour leur pays mais agresseurs des pays voisins. Trop c’est trop qu’ils restent chez eux au Tchad. Nous ne voulons plus d’eux ils nous ont trop causer du tort. Avec la seleka on a tout vu.

    Fini.

Répondre à kodoro Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *