Tunisie : La brasserie SFBT bien cotée en bourse

celtiaAlors que la Tunisie est entrée en récession technique fin août dernier, la Société de fabrication des boissons de Tunisie (SFBT), l’une des premières capitalisations boursières du pays, affiche une santé insolente.

Après avoir été « la vedette de l’année 2014 », selon l’intermédiaire boursier Tunisie Valeurs, le leader incontesté de la bière et des sodas – il possède un quasi-monopole sur ces produits – reste le blue chip (le « jeton bleu ») de la place tunisienne pour 2015 : les analystes interrogés estiment que l’action SFBT, qui s’échange à 23 dinars, est une valeur « incontournable » au potentiel très élevé.

« J’ai rarement vu des titres aussi solides dans la zone Maghreb et Moyen-Orient », affirme Kais Kriaa, du cabinet Alpha Mena.

Cette solidité est confirmée par les résultats semestriels du groupe, récemment cités par le cabinet Mena Capital Partners. Fin juin 2015, la SFBT enregistrait un résultat net en hausse de 5 %, à 81,4 millions de dinars (37,5 millions d’euros), malgré un chiffre d’affaires en légère baisse (- 1,6 %). Pour l’ensemble de 2015, les analystes prévoient des bénéfices compris entre 137 et 140 millions de dinars, soit le double de ceux enregistrés il y a seulement cinq ans.

Comment expliquer cette performance, unique parmi les entreprises agroalimentaires tunisiennes ? D’abord, cette société fondée en 1925 et devenue filiale à 49 % du français Castel en 1979 profite d’installations amorties de longue date, ce qui lui permet de dégager des marges confortables sans pour autant cesser d’investir. Ensuite, la SFBT s’appuie sur deux principaux moteurs, la bière et les boissons gazeuses, qui ont l’avantage d’être complémentaires.

Le houblon représente un chiffre d’affaires moins important (35 %) que les sodas (42 %), mais il est plus rentable. En produisant à la fois des marques locales populaires (Celtia, Stella) et des marques internationales (33 Export, Löwenbräu et Beck’s), la SFBT jouit d’une position dominante que l’arrivée de Heineken, en 2007, n’est pas parvenue à ébranler.

Même chose pour les boissons gazeuses : d’un côté une marque locale reconnue, Boga, de l’autre des marques étrangères. Et pas n’importe lesquelles : la SFBT est l’unique embouteilleur en Tunisie des boissons du groupe Coca-Cola, qui possède notamment Fanta, Sprite, Nestea et Minute Maid.

En plus du marché intérieur, ce segment est tiré par une aubaine venue de l’extérieur : en raison de l’instabilité politique en Libye, Coca-Cola y a fermé ses usines, faisant de la SFBT l’unique fournisseur de ses marques dans ce pays. Plus au sud, les exportations se développent également vers l’Afrique de l’Ouest (environ 8 % du chiffre d’affaires).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *