Congo (Brazza) : le MEDEF soutient la diversification économique

Les représentants du mouvement des entreprises de France (MEDEF) sont allés à Brazzaville pour y évaluer des nouvelles opportunités d’affaires. Pour la délégation générale aux grands travaux du Congo, les hommes d’affaires français ont surtout abordés la question de la diversification de l’économie congolaise qui reste considérablement dominée par le pétrole. Le secteur de l’or noir représente 90% des exportations du pays et près de 85% des recettes publiques. Le MEDEF est arrivé avec plusieurs délégations d’entreprises représentant des secteurs très variés susceptibles d’initier rapidement des activités en dehors du secteur pétrolier. Une diversification réussite du Congo passera forcement par l’évolution des infrastructures et autres secteurs de base tels que les routes et l’électricité. Des travaux dans ce sens ont été initiés durant les dernières années à savoir 1500 km de lignes électriques, 3 aéroports réaménagés ou construits et 1600 km de route. Dans la même foulé le pays a lancé une étude de faisabilité pour la mise en place de zones économique spéciales, ZSE. Ces zones économiques spéciales ont pour objectif d’encourager l’investissement et l’entreprenariat au Congo. Si le projet pilote s’avère concluant les autorités ne manqueront pas d’intensifier le programme.  L’étude a été confiée aux experts singapouriens de la société Jurong. Le vieillissement des gisements existant a tiré la sonnette d’alarme pour un pays qui a longtemps compté sur son pétrole sans développer d’autres secteurs d’activités malgré les multiples potentialités. Pour ce qui est des échéances, le Congo espère pouvoir rendre le projet effectif d’ici 2015 à Brazzaville et Pointe-Noire. Parmi les projets déjà concrétisés il faut citer la mise en place des villages agricoles qui ont vu le jour il y a 3 ans.

Les autorités du pays prévoient de faire du secteur agricole un pôle de croissance et de développement. L’industrie du pétrole sera beaucoup plus concentrée à Pointe-Noire avec une raffinerie dont la capacité de production sera de 5 millions de tonne de pétrole, on y construira également un port minéralier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *