Gabon : encore du travail à faire

IMF Greece Financial CrisisDans son dernier communiqué sur le Gabon, le Fonds monétaire international a déclaré que les indicateurs de développement humain restent faibles et comparables à ceux des pays à modeste revenu. Le taux de chômage y est très élevé et l’écart entre les revenus du pays et le niveau de vie de la population demeure notable. Le Bureau international du travail estime le taux de chômage à 21%. Aussi les disparités de niveau de vie se fait de plus en plus sentir, avec une petite partie de la population accédant à la modernité et une majorité croupissant dans la misère. Vu l’abondance des ressources naturelles du pays et une faible démographie, le niveau de vie de la population gabonaise devait être semblable à celui des pays européens. Ce rapport fait suite à une enquête récemment effectuée sur le territoire gabonais, dans le cadre d’une évaluation annuelle des pays membres. Pour les analystes de l’institution financière, cette situation serait principalement liée à une très mauvaise répartition des richesses du pays. Malgré ce rapport accablant, l’institution de Bretton woods rappelle que les prévisions en termes de croissance économique sont estimées à 6 ou 7% pour l’année en cours et l’année prochaine. Cependant cette croissance pourrait être trompeuse parce qu’elle est en grande partie due aux investissements publics. Le pays reste très dépendant du pétrole et du manganèse, ce qui représente une forte vulnérabilité par rapport à la volatilité de ces matières premières. Une fluctuation défavorable des prix pourrait conduire à des déficits budgétaires catastrophiques. En matière d’exportation, le pétrole et le manganèse représentent à eux seuls 90% du volume national global et 45% du PIB. Selon les chiffres officiels, 60% du budget national provient exclusivement du secteur pétrolier.

 Pour neutraliser ce risque le pays essaie de promouvoir un nouveau modèle de développement économique. Ce modèle repose sur la diversification des ses secteurs d’activités, aussi bien en termes de services que de production. Quatrième producteur de pétrole en Afrique subsaharienne, le Gabon produit entre 220000 et 240000 barils de pétrole par jour. Libreville a donc décidé d’encourager la diversification économique en réinjecter les revenus pétrolier dans la promotion d’autre secteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *