Mozambique : Coca-Cola investit 140 millions de dollars

Mozambique Coca-Cola investit 140 millions de dollarsLa multinationale américaine Coca-Cola veut augmenter sa production au Mozambique. D’après un récent communiqué publié par la firme, elle envisage investir environ 140 millions de dollars dans le pays d’ici l’année prochaine. Cette somme permettra d’augmenter sa production en boissons gazeuses. Cette enveloppe a été repartie en deux parties. Premièrement, 20 millions de dollars seront orientés vers la création d’une nouvelle unité de production à Chimoio, la capitale de la province de Manica, au coeur du Mozambique.  La construction de l’usine devra débuter en janvier de l’année prochaine. La nouvelle usine permettra également de produire de la boisson gazeuse conditionnée dans des bouteilles en plastique, alors que l’actuelle unité de production n’offre qu’un conditionnement dans des bouteilles en verre. Pour la région, les bouteilles en plastique viennent de Maputo, la capitale. Deuxièmement, les 120 millions restants vont être injectés dans les installations de Maputo. Les aménagements débuteront également en janvier de l’année prochaine et s’achèveront en 2015. Coca-Cola a pour ambition d’augmenter sa production de 50% lorsque les unités en construction pourront produire. L’industriel américain est actuellement le plus gros distributeur de boisson gazeuse dans le pays avec près de 90% de la population comme consommateur, ce qui représente environ 21 millions de personnes. Coca-cola est l’un des plus gros employeurs du pays. Selon le classement du programme des nations unies pour le développement, le Mozambique était le 4 ième pays le plus pauvre au monde.

Pourtant Coca-Cola continue à y afficher des impressionnants résultats. Le secteur ne connait pas de crise et la consommation des produits Coca-Cola reste soutenue. Par ailleurs, des observations sociologiques ont montré que cette consommation des produits est quasiment devenue une question culturelle. Aussi, le pays vit encore de son agriculture de subsistance et la population est à faible revenue. Néanmoins les indicateurs macroéconomiques sont encourageant, avec 8% de croissance pour l’année en cours..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *