Centrafrique : probable fin de l’opération Sangaris courant 2016

sangarisLa France a affiché sa volonté de mettre fin à son opération militaire Sangaris en Centrafrique en 2016, a annoncé dimanche, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian.

« L’objectif c’est que l’opération Sangaris en tant que telle, opération militaire, s’arrête », a-t-il dit, rappelant qu’un « processus démocratique » en Centrafrique et l’élection prochaine d’un président sont en cour.

« Je souhaite que cela soit fait au cours de l’année 2016 et qu’il reste sur le territoire de Centrafrique de petites unités comme c’était le cas auparavant », a ajouté Jean-Yves Le Drian.

En effet, les troupes françaises qui comptent actuellement 900 soldats contre 2.500 hommes au début de l’opération fin 2013/début 2014, seront ramenées à environ 300 soldats, a-t-il laissé entendre le ministre français.

Jean-Yves Le Drian a par ailleurs émis le vœu que l’Union européenne s’engage à former l’armée centrafricaine, précisant qu’il comptait en parler cette semaine avec ses collègues européens, lors d’une réunion informelle des ministres européens de la Défense les 3 et 4 février à Amsterdam.

« J’ai souhaité – et je pense que j’aurai satisfaction cette semaine – qu’il y ait aussi, comme nous l’avons fait au Mali, une mission de formation de l’UE pour reconstituer l’armée de la République centrafricaine, en faire une véritable armée » a-t-il dit.

Cependant, l’armée française ne compte pas en revanche réduire sa présence au Sahel. Le dispositif « Barkhane n’a pas vocation à être allégé », a souligné le ministre de la Défense. L’opération mobilise 3.500 hommes dans cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *