Algérie: Messahel provoque la colère du Maroc

Le ministre des Affaires Etrangères algérien, Abdelkader Messahel, a déclaré vendredi que « les banques marocaines blanchissaient l’argent du haschich en Afrique », une sortie polémique qui illustre l’animosité grandissante de l’Algérie vis à vis de son voisin de l’Ouest, surtout depuis le retour du Maroc dans l’Union africaine en janvier 2017.

En réponse à ces accusations « sans fondements », le Maroc a rappelé son ambassadeur en Algérie et convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade d’Algérie à Rabat pour dénoncer des déclarations « gravissimes » du ministre algérien.

Abdelkader Messahel intervenait vendredi, dans le cadre de l’université d’été du Forum des chefs d’entreprises d’Alger. Face à l’auditoire qui s’interrogeait pourquoi le Maroc marquait des points en Afrique alors que l’Algérie ne cessait de reculer, le ministre algérien, acculé, n’a pas trouvé mieux que de marteler « on n’est pas le Maroc, on est l’Algérie. On a un potentiel, on a de l’avenir. Nous sommes un pays stable ».

Des déclarations qui, au lieu de rassurer, ont tout simplement jeté la stupéfaction parmi l’assistance. Dans le contexte de crise économique sans précédent que vit l’Algérie, touchée de plein fouet par la chute des revenus du pétrole, Messahel avait besoin davantage d’argument pour convaincre son auditoire.

Son objectif était d’inciter les entrepreneurs algériens à prospecter le marché africain pour rivaliser avec les entreprises marocaines, mais le message a fait long feu, les chefs d’entreprises algériens connaissant trop bien le degré de corruption qui gangrène le régime d’Alger.

Le GPBM, Le Groupement professionnel des Banque du Maroc, a réagi en affirmant que ces déclarations témoignaient « de l’ignorance totale et flagrante des règles de gouvernance et d’éthique qui régissent les activités des banques marocaines dans le monde et bien entendu sur le continent africain ».

Dans un communiqué, le GPBM affirma que « le secteur bancaire marocain est cité comme référence dans la région MENA et en Afrique par sa solidité, ses performances et son respect des règles prudentielles les plus avancées particulièrement les normes Bâle II et III, IFRS… ».

4 thoughts on “Algérie: Messahel provoque la colère du Maroc

  1. Sincèrement, je ne sais pas pourquoi le Maroc ne rompe pas ses relations avec l’Algérie puisque ce visage criminel de ministre algérien se permet d’insulter tout le peuple Marocain ! S’il faut faire la guerre à l’Algérie, nous sommes prêts à mourir pour notre honneur et pour notre pays le Maroc.y en a marre de ces algériens qui ne cessent de nous rabaisser et de bloquer le développement de Notre pays et du grand Maghreb et de monde arabe et de de l’Afrique entiere.

  2. Echaudé par ce cinglant constat, de surcroît véridique, l’Algérie n’a pas trouvé mieux à présenter en guise d’explication au cuisant échec africain de son pays en dehors de la diffamation à l’encontre du Maroc accusé mensongèrement de « blanchir l’argent du haschich via ses banques dans le continent »! Une réponse qui dénote, au-delà de l’ignorance de son auteur (non-bachelier!), la rage d’un establishment algérien déconcerté par les retentissants succès africains du Maroc, fruit d' »une vision claire, volontariste et agissante, ayant foi dans les pays et peuples frères de l’Afrique et investissant en un avenir commun à leur côté », comme l’a souligné le MAECI, dans le communiqué diffusé hier vendredi en réaction aux délires du MAE algérien.
    La déclaration forcenée du MAE algérien dénote la gêne extrême, voire la rage, de tout le régime algérien face au succès du soft power marocain à travers le continent africain. A défaut d’une vision pour l’Afrique, où il est économiquement inexistant, le voisin de l’est, à l’instar de la vache qui regarde le train passer, se dépense en attaques phonétiques contre un pays dont le « délit », semble-t-il, est d’avoir fait le choix de l’effort et de l’imagination pour investir dans cet immense chantier qu’est l’Afrique, avenir de la croissance mondiale.

  3. Ces propos sont tout simplement stupéfiants ! Voyons, sachant que l’argent de la drogue constitue un quart du PNB marocain, il n’y a absolument aucune raison qu’il soit placé dans les banques de cette narco-monarchie pour y être blanchi.

  4. Stupéfiant! Allez les morokos, coupez les relations diplomatiques, prenez votre dignité à deux mains si vous en avez une, you can do it !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *