Le président sud-africain Ramaphosa met en place le premier gouvernement paritaire

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa a réduit le nombre de ministres de 36 à 28, dont la moitié sont des femmes, a-t-il annoncé lundi dernier, précisant que cette mesure a pour objectif d’améliorer l’efficacité d’un exécutif «obèse».
L’Afrique du Sud dispose désormais d’un gouvernement paritaire. Depuis son accession à la magistrature suprême il y a un an, Cyril Ramaphosa ne cache pas sa détermination à tourner la page de la présidence Jacob Zuma (2009 – 2018), caractérisée par une série de scandales politico-financiers qui ont éclaboussé l’Etat sud-africain et le parti au pouvoir, le Congrès National Africain (ANC).
« Pour améliorer la cohérence, la coordination et l’efficacité, nous réduisons le nombre de ministres de 36 à 28 », a déclaré le président sud-africain dans un discours télévisé.
«Beaucoup de gens pensaient que notre gouvernement … était obèse», a-t-il poursuivi, précisant par ailleurs, que «pour la première fois dans l’histoire de notre pays, la moitié des ministres sont des femmes».
«Tous les Sud-Africains sont extrêmement conscients des graves problèmes économiques que subit notre pays. Il est donc impératif … que nous fassions une priorité de la revitalisation de notre économie et de la meilleure utilisation possible des fonds publics», a ajouté le président sud-africain.
Ramaphosa, 66 ans, a notamment gardé au poste de ministre des Finances, Tito Mboweni, et à celui de vice-président, David Mabuza, bien que ce dernier ait été cité dans des affaires de corruption et de meurtres politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *