Niger : Plus de 10.000 enfants malnutris à cause de Boko Haram

fammineEnviron 150.000 réfugiés nigérians et déplacés fuyant les atrocités commises par le groupe terroriste Boko Haram, vivent actuellement dans la province de Diffa, aux côtés de ses 600.000 habitants.

Le sud-est du Niger, sous le feu des islamistes de Boko Haram, fait face à une multiplication des cas de malnutrition chez les enfants, a dénoncé lundi l’ONG Save the Children, très active dans cette zone confrontée à un afflux de déplacés et de réfugiés.

« Les admissions dans les centres de nutrition ont doublé, voire triplé, depuis que les premières grandes vagues de déplacements ont commencé à Diffa il y a deux ans », a déclaré l’ONG britannique dans un communiqué.

Alors qu’environ 10.400 enfants souffrant de malnutrition étaient attendus pour toute l’année 2015, plus de 4.800 d’entre eux avaient déjà été soignés fin avril, soit « deux fois plus qu’en 2014 à la même période », a déclaré Akebou Sawadogo, le directeur de Save the Children au Niger.

« D’habitude, nous ne faisons pas face à de telles affluences en mars-avril, mais plutôt pendant les périodes de soudure », l’été, quand les greniers sont vides et que les récoltes à venir se font attendre, a-t-il poursuivi.

Or le sud-est nigérien est lui-même « une région vulnérable », où « l’accès à la nourriture et à l’eau potable demeure un défi quotidien » pour la population, qui vit pour moitié avec moins de 1,25 dollar par jour, selon Save the Children.

L’ONG, qui depuis mi-2013 a aidé 250.000 personnes à Diffa et souhaite aider 250.000 autres cette année, a appelé la communauté internationale à « accroître son aide » pour « faire face aux besoins immédiats des populations ». Le Niger est entré en guerre début février contre Boko Haram aux côtés du Tchad, du Cameroun et du Nigeria.

One thought on “Niger : Plus de 10.000 enfants malnutris à cause de Boko Haram

  1. Et tout cela au nom d’Allah, qui est soit disant le plus grand et va dans un autre monde (mais surtout pas celui-ci) leur amener un avenir meilleur.

    Sans parler des jeunes filles étudiantes qui ont été soit tuées, soit violées, mariées de force et réduites en esclavage. Toujours au nom d’Allah.

    Vraiment, cet Allah-là, je préfère ne pas le rencontrer : c’est visiblement un sâle con de démon pas fréquentable du tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *