Le PAM alerte sur une insécurité alimentaire «dangereuse» qui menace 3,5 millions de Zimbabwéens

3,5 millions de personnes souffrent d’une insécurité alimentaire «dangereuse» au Zimbabwe, selon une alerte émise par Herve Verhoosel, porte-parole du Programme alimentaire mondial (PAM), lors d’un point de presse à Genève.

Cette situation est la conséquence d’une grave sécheresse provoquée par le phénomène El Nino qui a frappé la région d’Afrique australe pendant la saison des pluies 2018-2019. Les populations touchées représentent «plus du tiers des ménages ruraux » du Zimbabwe, selon une étude du Comité d’évaluation sur la vulnérabilité au Zimbabwe (ZimVAC).

Et cela pourrait se détériorer davantage d’ici à décembre 2019 pour toucher la moitié des ménages ruraux, soit plus de 4,7 millions de Zimbabwéens. L’étude prévoit également que 59% des ménages ruraux (plus de 5,5 millions de personnes) seront en situation d’insécurité alimentaire durant la période de faim critique qui coïncidera à l’apogée de la période de soudure, de janvier à mars 2020.

En outres, les Nations Unies estiment que plus de six millions de Zimbabwéens (environ 40% de la population) ont besoin d’une aide alimentaire jusqu’à la prochaine récolte en avril 2020 en raison de la sécheresse et du cyclone Idai qui avait touché en mars dernier le pays et ses voisins.

Ce qui oblige le PAM à envisager de porter son aide à plus de deux millions de personnes d’ici à l’apogée de la période de soudure, de janvier à avril 2020. L’agence onusienne fournira une aide alimentaire immédiate aux populations les plus vulnérables, tout en travaillant avec les communautés pour renforcer leur résilience face aux effets du changement climatique et aux chocs futurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *