Guinée : Le fisc ne badine plus !

Le recouvrement sérieux des impôts peut être considéré comme un signe de changement vers la bonne gouvernance économique. On le voit par la tournée que la Direction des Impôts a récemment entamée à Conakry à cette fin. Une des premières grosses victimes a été la société guinéenne de construction et de prestation de services (GUICOPRES). Celle-ci est maintenue fermée par les services du fisc depuis le 8 mars dernier. En effet, la GUICOPRES doit plus de 200 milliards de francs guinéens (30 millions de dollars américains) d’impôts à l’Etat pour le compte des exercices 2009 et 2010. Bien entendu, ce pactole est contesté par la société en question qui peut se consoler car elle n’est pas seule à avoir maille à partir avec le fisc.  De même, la société ALO Guinée a été également mise sous scellés depuis le mercredi 21 mars dernier. En ce qui concerne cette société tout au moins, l’Etat guinéen ne réclame que 8 milliards de francs guinéens (1,1 million de dollars américains) d’impôts.  Un chiffre qui a poussé la patronne de l’enseigne, Mme Chantal Colle, à monter au créneau en organisant un point de presse autour du sujet.

Tout d’abord, la responsable d’ALO Guinée a balayé d’un revers les accusations comme quoi elle aurait cassé le scellé du fisc. Ensuite, Mme Colle a distingué, selon ses propres propos, « les dettes valables » des « dettes non valables ». Ce qui l’a amené à ne reconnaître que 3,4 milliards de francs guinéens de dettes (480 000 dollars américains) d’impôts. Ainsi, le surplus serait dû à une TVA d’introduction récente à effet rétroactif. En attendant le dénouement de ces deux affaires, GUICOPRES et ALO restent fermées jusqu’à nouvel ordre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *