Kenyan : Raid meurtrier contre les Shebab

shebab

Après l’attaque Shebab d’un bus le samedi 22 novembre, la riposte kényane ne s’est pas fait attendre. Les forces armées kényanes ont effectué un raid en début de semaine contre les auteurs du meurtre de 28 civils samedi dernier ,tuant ainsi plus de 100 islamistes radicaux.

Selon le vice-président de la république, William Ruto, les Shebab tentaient de se replier en Somalie quand les forces kényanes ont riposté. Bilan : plus d’une centaine de morts parmi les assaillants, quatre véhicules détruits, le camp où l’attaque a été complètement rasé. Cette intervention fait suite à une série d’événements qui ont eu lieu entre le lundi 17 et le samedi 22 novembre. Soupçonnées d’entretenir des liens avec les islamistes Shebab, quelques mosquées de la ville portuaire de Mombasa ont été la cible des raids policiers au matin du lundi et du mercredi de la semaine dernière.

Un important lot d’explosifs a été confisqué, des fidèles ont été interpellés et un jeune homme qui a tenté de jeter une grenade sur un policier a été abattu sur place. Cheikh Ali Mohamud Rage, le porte-parole actuel du mouvement terroriste a déclaré par la suite que les « islamistes ne pouvaient laisser  ces crimes impunis ».Ainsi, le 22 novembre dernier, les Shebab se sont-ils attaqués à un bus près de Mandera, au nord-est du Kenya, tuant 28 civils.

Pour rappel, le Kenya est l’une des nations à avoir envoyé des forces armées dans la lutte contre les islamistes en Somalie. Depuis deux années, ce pays a payé un important tribut pour sa présence sur le sol somalien. Certaines de ces villes à l’instar de Mombasa, deuxième métropole nationale sont infréquentables par les Occidentaux et le pays vit au rythme des crimes commis par les Shebab. Cette situation a mis en péril le secteur touristique national. Depuis quelques temps, le pays tente de ramener l’ordre, et avec ce raid, on comprend bien que le calme peut revenir si le Kenya attaque désormais ces islamistes dans leur repaire qu’il connaît très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *