Un nouveau pont pour faciliter le transport entre le Sénégal et la Gambie

Les présidents sénégalais Macky Sall et gambien Adama Barrow ont inauguré lundi, le pont de Farafenni appelé aussi le «Senegambia Bridge», un ouvrage qui va fluidifier largement les transports entre les deux pays et favoriser le désenclavement de la Casamance, région enclavée dans le sud du Sénégal.

Censé favoriser le transport et les échanges commerciaux entre les deux pays, le géant de béton comprend neuf cent quarante-trois mètres de bitume qui s’élancent d’une rive à l’autre du fleuve Gambie -1758 m de structure, au total, reliant les villes gambiennes de Farafenni et de Soma.

«Toutes les grandes œuvres habitent d’abord les lieux du rêve. Ce pont est l’une de ces œuvres», a lancé un Macky Sall lyrique lors de son discours inaugural, en référence à la longue attente qu’a suscité la réalisation de l’ouvrage.

En effet, le projet financé à 39 milliards de FCFA par la Banque africaine de développement (BAD), a avancé au gré des soubresauts diplomatiques entre le Sénégal et la Gambie. Jusqu’au 20 février 2015, date de la pose de la première pierre, confiée au groupement d’entreprises hispano-sénégalais Corsan/Arezki.

Ce nouveau couloir trans-gambien répond aux doléances des Gambiens et des Sénégalais de la région, tant il est censé fluidifier la circulation des hommes et des biens, en réduisant la durée du trajet.

«En ce jour historique, le pont met fin à des centaines d’années de difficultés de circulation pour le Sénégalais et Gambiens », a lancé Adama Barrow. En plus de tracer une ligne directe entre les deux rives, le «Senegambia Bridge» devrait réduire de 50% le coût de la traversée et faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays. C’est un pont à péage qui sera géré par la Gambie.

«Le Senegambia Bridge permettra de générer des revenus et de limiter les pertes économiques pour les voyageurs et les États», a assuré le président gambien.

Jusque-là, deux options permettaient de rejoindre l’autre rive du fleuve Gambie. La route, en contournant la Gambie et en passant par Tambacounda, soit une douzaine d’heures pour relier Dakar à Ziguinchor en Casamance. Or, ce nouvel ouvrage devrait placer Ziguinchor à huit heures environ de Dakar, de quoi changer le quotidien de nombreux usagers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *