Un ex-dignitaire du pouvoir au Malawi se porte candidat de l’opposition à la présidentielle

lowassaLes quatre principaux partis d’opposition tanzaniens ont choisi l’ex-Premier ministre Edward Lowassa, qui a quitté le parti au pouvoir pour rejoindre l’opposition, comme candidat commun, à trois mois des élections présidentielle, législatives et communales prévues le 25 octobre en Tanzanie.

Lowassa, 61 ans, a été Premier ministre de ce pays d’Afrique de l’Est de 2005 à 2008. Il avait démissionné après avoir été impliqué dans un scandale de corruption.

Il a fait défection la semaine dernière du parti au pouvoir Chama Cha Mapinduzi (CCM) pour rejoindre la formation d’opposition Chadema (Parti pour la démocratie et le développement), dénonçant « une direction oppressive » au sein du CCM.

Il sera le candidat commun de Chadema, du Front civique uni (CUF), de la Convention nationale pour la construction et la réforme (NCCR) et de la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) à l’élection présidentielle.

Lowassa avait tenté sans succès, au courant du mois de juillet, de décrocher l’investiture du CCM pour la présidentielle. Dans la foulée de l’échec de cette tentative, l’ex-Premier ministre avait affirmé que le CCM était dirigé par « des dictateurs ».

Le CCM domine la vie politique tanzanienne depuis plus de 40 ans et détient actuellement deux tiers des sièges au Parlement. Les quatre partis d’opposition présenteront également des candidats communs aux élections législatives et communales. « Notre coalition est celle de la victoire. Nous sommes là pour prendre le relais du CCM », a déclaré le chef de Chadema, Freeman Mbowe, lors d’une réunion du parti.

« Le comité central de notre parti a nommé Lowassa comme candidat à la présidentielle la semaine dernière, et la décision a été approuvée par le congrès national », a-t-il précisé. Juma DuniHaji, qui a récemment démissionné de son poste de ministre du Développement de l’infrastructure du gouvernement semi-autonome de Zanzibar, sera son colistier.

Le président Jakaya Kikwete, dont le second mandat s’achève à la fin de l’année, ne se représente pas conformément à la Constitution, bien que la rumeur lui ait prêté un temps, l’intention de se maintenir au pouvoir. C’est l’actuel ministre des Travaux publics, John Magafuli, 55 ans, qui a été désigné mi-juillet par le parti au pouvoir pour tenter de lui succéder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *