RDC : Grève des mineurs de Gécamines

GecamineLes    travailleurs    d’une   mine   de  cuivre   de  la  société  Gécamines   ,en République démocratique du Congo, ont  lancé  une grève  pour  réclamer  le  paiement   de  leurs  salaires. Ce débrayage  intervient  alors que Gécamines  est actuellement à court de ressources financières.  Impayés  depuis  trois  mois   et  ayant souvent  menacé  de  faire grève, les ouvriers de la mine  située à Kolwezi dans la province du Katanga, sont finalement passés à l’action. Jackie Makong,  chef  du syndicat  des grévistes, a indiqué que « la  grève se poursuivra  tant qu’une  solution n’aura pas été trouvée à nos revendications ».  Selon Frank Nkori Bokango,  porte-parole  de  la société Gécamines,  « les revendications des ouvriers  sont  tout à fait normales ».
Aussi,  le  syndicat  et  les dirigeants  de  la société sont-ils   en négociation pour essayer  de  trouver  une solution durable.  « Au  demeurant,  la grève n’aura  qu’un impact limité  sur les opérations  d’exploitation  de la mine »,  a souligné le représentant de la mine.
Toutefois  le   ras-le-bol  des  grévistes  demeure  constant  et  risque bien   de  s’étendre au-delà  de la mine de Kolwezi. C’est  du  moins l’avis   d’un  employé  de  Gécamines travaillant   dans  la  ville  voisine  de  Lubumbashi. Il a manifesté sa colère  contre cette société pour  le non  paiement  des salaires,  et  dénoncé  un « cercle vicieux  dans  lequel se trouvent les mineurs ».
Depuis plusieurs années,  Gécamines  fait face à d’énormes difficultés économiques. Après  avoir  évité  la  faillite  dans les années 1990,  cette  société  d’Etat  peine   à financer ses  opérations  dans  la région  cuprifère  du Katanga. En conséquence, ses productions  ont largement chuté  au fil des années.  En   2012, elle n’a produit  que  35.000 tonnes de cuivre, contre 500.000 tonnes  en 1985.
Pour venir à bout de ses  déboires financiers, et syndicaux  en vue de  relancer   sa production, Gécamines a créé  des  joint-ventures  avec des sociétés minières étrangères. Son objectif actuel vise à porter  sa production de cuivre  à 100.000 tonnes d’ici 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *