Des députés béninois perdent leur immunité pour cause de corruption

Le parlement béninois a voté ce 24 juillet, la levée d’immunité pour trois de ses députés appartenant à l’opposition, afin de les mettre à la disposition de la justice, dans une affaire de corruption.

Parmi eux, figurent Valentin Djènontin Agossou et Idrissou Bako des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE), poursuivis devant la justice pour les infractions présumées de corruption, d’abus de confiance, d’enrichissement illicite et de blanchiment de capitaux. La levée de leur immunité a été approuvée par 59 voix pour, 18 contre et une abstention.

Les deux hommes étaient cités dans un rapport d’audit sur la gestion de la filière coton au Bénin, qui a révélé de graves irrégularités au titre des campagnes de 2013 à 2016, portant des préjudices importants à l’Etat.

Au moment des faits, ils étaient respectivement président du Comité interministériel du coton et Directeur général de la Société nationale pour la promotion agricole (SONAPRA). Le troisième député à perdre son immunité, est Atao Hinnouho Mohamed, membre du bloc de la minorité parlementaire. Il serait impliqué dans une affaire de «flagrant délit de trafic de faux médicaments».

En décembre 2017, une enquête judiciaire aurait permis de découvrir plus de 100 tonnes de médicaments dans plusieurs entrepôts dont le député Hinnouho Mohamed serait propriétaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *