Le Tchad se dote d’un centre d’étude dédié au radicalisme et au djihadisme

Le gouvernement tchadien a inauguré ce mardi 30 janvier, son premier centre d’étude dédié à la lutte contre la radicalisation et le djihadisme.

Dénommé Centre d’étude pour le développement et la prévention de l’extrémisme violent (CEDPE), la nouvelle institution logée dans la capitale, N’djamena, a pour objectif de contribuer à la «prévention» de l’extrémisme au sein de la jeunesse, y compris les enfants en bas âge. Il sera également utile dans la «déradicalisation»

Créé par un groupe d’intellectuels tchadiens indépendants travaillant sur l’extrémisme politique, le CEDPE se veut également un laboratoire d’études et de recherches, avec des organes de communication, dont une revue, et «un moyen de lutter contre le terrorisme».

Malgré la poussée djhadisme dans le Sahel ces dernières années, le Tchad est jusqu’à présent resté relativement épargné par leurs attentats, qui touchent de nombreux pays voisins. Seules ses forces déployées autour du lac Tchad pour combattre les djihadistes nigérians de Boko Haram, sont régulièrement la cible d’attentats-suicides.

Le Tchad fait partie des cinq pays engagés dans la Force antiterroriste G5 Sahel, avec le Mali, le Niger, le Burkina Faso et la Mauritanie. Déjà opérationnelle, cette force constituée de soldats des cinq pays engagés, s’est donnée pour objectif, de combattre le terrorisme dans le Sahel, et prendre, progressivement, la relève des forces étrangères en mission dans cette zone du continent africain.

One thought on “Le Tchad se dote d’un centre d’étude dédié au radicalisme et au djihadisme

  1. Il s’agit d’une bonne idée mais tant que le contenu du coran ne sera pas revu, le bain de sang continuera. En effet, dans le coran, il est écrit presque 200 fois qu’il faut tuer les mécréants. Les mécréants ne sont pas que les athées. Les mécréants sont ceux qui « mé croient », càd qui croient mal. A traduire par : ceux qui ne sont pas musulmans. Bref; il faut demander aux autorités musulmanes (sunnites, chiites, halévites, ….) de se réunir sans s’entretuer pour décider d’enlever de leur soit-disant livre saint tous les passages incitant à la haine et aux meurtres des non musulmans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *