Tchad : Idriss Déby dénonce un «grave problème» intercommunautaire dans l’est

Le président tchadien Idriss Déby Itno a dénoncé mercredi «un grave problème» intercommunautaire dans l’est du Tchad lors d’une visite à Abéché, capitale régionale du Ouaddaï, rapporte mercredi la Radio nationale tchadienne.

Depuis plusieurs dizaines d’années, l’Est tchadien est en proie à des conflits entre différentes communautés: d’un côté, les autochtones ouaddaïens, agriculteurs, et de l’autre, des tribus arabes, éleveurs.

Le chef de l’Etat a déclaré dans un discours dont la radio d’Etat a fait un compte-rendu mercredi après-midi, que «l’’heure de la vendetta est terminée». «Se rendre justice représente une défaillance de la justice qui doit s’assumer. Je prends désormais les choses en main», a lancé Idriss Déby, selon la radio nationale.

Le président tchadien a aussi annoncé la saisie de toutes les armes détenues par des civils dans la région, dont les propriétaires seront «jugés et condamnés».

Il a demandé aux forces de sécurité de mettre fin «par tous les moyens» à ces violences, les autorisant notamment à «faire usage de leurs armes quand ils sont l’objet de tirs».

Le déplacement du président Déby intervient quelques jours après la percée de rebelles armés menés par son neveu. A la demande de N’Djamena, la France a annoncé avoir procédé à trois reprises à des frappes aériennes de Mirage 2000 contre une colonne de reblles tchadiens à bord de pick-up en provenance du sud libyen.

Devant l’Assemblée nationale française mardi, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a justifié l’intervention militaire française par la décision d’avorter une tentative de «coup d’État» qui se préparait contre le pouvoir tchadien en place à N’Djamena.

L’est et le nord-est tchadien, frontaliers du Soudan, ont longtemps été des bases arrières de rebellions qui cherchaient à s’emparer du pouvoir au Tchad. En 2008, la colonne rebelle qui avait échoué aux portes du palais présidentiel dans une tentative de putsch était venue du Soudan, via l’est tchadien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *