Attaque armée contre le poste de police burkinabè de Yendéré à la frontière ivoirienne

Des hommes armé non encore identifiés ont attaqué dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, le poste de police burkinabè de Yendéré situé à la frontière avec le Côte d’Ivoire, blessant deux voyageurs et causant des dégâts matériels.

Ce poste, premier point de contrôle avant d’entrer sur le territoire du Burkina Faso en venant de Côte d’Ivoire, avait été déjà attaqué une première fois.

Selon une source sécuritaire, les passagers en provenance de la Côte d’Ivoire étaient en train d’accomplir le samedi 30 novembre aux alentours de 21h50, les dernières formalités avant d’entrer sur le territoire burkinabè. Il ne restait plus qu’à verbaliser ceux qui n’avaient pas leurs documents au complet. À ce moment précis, des coups feu ont été entendus et les forces de sécurité ont essayé de mettre à l’abri les passagers.

«C’étaient des armes lourdes. Ce n’étaient pas de simples kalachnikov», fait savoir une autre source sécuritaire. Au cours de cette nouvelle attaque deux passagers ont été blessés et des motos appartenant au personnel du poste de police ont été emportées par les assaillants venus des forêts avoisinantes. D’importants dégâts matériels dans le poste de police et du matériel roulant a été incendié.

Après l’attaque, les assaillants ont disparu dans la forêt avec les motocyclettes. A 10 kilomètres de Niangoloko, le poste de Yenderé est situé à l’ouest du Burkina Faso la dernière ville du Burkina Faso avant la frontière ivoirienne.

Le 29 mars dernier, un groupe d’hommes armés avait déjà lancé un assaut contre la brigade de gendarmerie de Yendéré faisant trois morts côté des civils et deux côté assaillants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *