Mozambique : Les péripéties du barrage de Cahora Bassa

Le Mozambique a augmenté sa participation dans la société hydroélectrique de Cahora Bassa (HCB). Cette entreprise gère un barrage du même nom construit dans le pays. Le barrage avait été construit sur le Zambèze vers les années 1970 par les colons portugais. Ces derniers visaient de vendre l’énergie produite à l’Afrique du Sud. Mais, à cause de la guerre civile, ce commerce n’a pas décollé. Ce n’est qu’en 2010 que HCB a pu faire des profits. La société hydroélectrique appartenant partiellement au Portugal, son Premier Ministre, Pedro Passos Coelho, a dû se déplacer pour Maputo. Il a signé les documents de cession du capital avec le président mozambicain Armando Guebuza. Le Mozambique devra payer 42 millions de dollars US à son ancien colonisateur. Il dispose d’un délai de 5 mois pour le faire.  Cette somme équivaut à 7,5 % du capital de la HCB. Du fait de cette signature, le Mozambique détient à présent 92,5 % des parts de la société hydroélectrique.A l’origine, le pays ne détenait que 8 %. En 2007, le Mozambique a dû verser 700 millions de dollars au Portugal pour que ses parts atteignent 85 %. Cette fois-ci, des rumeurs soutenaient que le pays pourrait acquérir la totalité des parts de la HCB. Mais, finalement, le Portugal a vendu les 7,5 % restants à Redes Energiticas Nacionais (REN), l’entreprise responsable de son réseau électrique. Cette entreprise a versé 50 millions de dollars US à l’Etat portugais.

Le barrage de Cahora Bassa a une capacité de production minimale de 2000 MW, dont  65 % de cette énergie est exportée vers l’Afrique du Sud. Mais, seul un mozambicain sur cinq dispose d’électricité régulièrement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *