Guinée : Un soubresaut écologique ou coup de semence …

Le gouvernement guinéen vient de décider  la fermeture de deux usines à cause de la pollution subséquente à leurs activités : il s’agit de RUSAL et de Ciment de Guinée. Etant un des principaux pays miniers d’Afrique, la Guinée a connu, malheureusement, beaucoup de problèmes liés à l’environnement dans son histoire. Il y a quelques décennies, les compagnies minières ne tenaient que très peu compte des mesures à prendre pour la protection de l’environnement. Mais, aujourd’hui, les choses ont changé : l’environnement est une des questions majeures lors de la signature des contrats miniers. Malgré tout, certains signataires ne respectent pas leurs engagements. C’est le cas de RUSAL. Le gouvernement en est arrivé à boucler ses locaux de Conakry. Suite à son exploitation d’aluminium, des nuages de poussière dépassaient les limites de ses installations et atteignaient tout le secteur environnant. Cela prouve que l’usine n’est pas assez isolée. Ainsi, le ministère de l’environnement s’est trouvé dans l’obligation de remettre de l’ordre. C’est un grand coup d’arrêt pour RUSAL car ses locaux approvisionnent son autre usine de Fria. En plus, de ce site est exportée la production vers la Russie.

Une passe très difficile pour la compagnie russe car ses employés sont actuellement en grève. Si cela peut consoler RUSAL, une autre entreprise a subi la même sentence. Ciment de Guinée, la seule du secteur dans le pays ouest-africain, a vu ses locaux situés au niveau du Port Autonome de Conakry (PAC) scellés pour cause de pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *