Zimbabwe/Russie : accords commerciaux

Le ministre russe de l’industrie a conduit une forte délégation composée d’hommes d’affaires pour signer des contrats commerciaux avec le Zimbabwe. Les gisements zimbabwéens des minerais largement inexploités intéressent de plus en plus la Russie. Le Zimbabwe a trouvé à travers ce partenariat une bouffée d’oxygène pour son économie qui a récemment connu des difficultés avec les partenaires occidentaux. Le pays a en effet besoin des investissements directs étrangers (IDE) pour relever son économie longtemps agonisée par la suspension des financements des pays européens suite  à une présumée mauvaise gestion du président Mugabe. La délégation russe comprenait en son sein plusieurs cadres du groupe gazprom très intéressé par le sous-sol zimbabwéen. Les autorités affirment que ces accords sont l’aboutissement d’efforts entrepris par le gouvernement pour promouvoir le commerce et l’investissement avec les pays du groupe BRICS dont fait partie la Russie. Quant à elle, la délégation russe  a promis d’investir conséquemment au Zimbabwe dans les secteurs qui leur seront proposés. Leurs entreprises sont à la recherche d’opportunités dans l’industrie minière, la métallurgie, la construction aéronautique et la transformation des ressources énergétiques. En outre un accord intergouvernemental a également été signé entre les deux Etats pour encourager des investissements dans le secteur de la défense, en vertu desquels la société Russian Technologies fournirait des hélicoptères militaires au Zimbabwe en échange de droits miniers sur les gisements de platine. Le ministre russe de l’industrie a au cours de sa visite d’Etat été reçu par le président zimbabwéen pour réfléchir sur la mise en place d’un conseil d’affaires entre les deux pays.

Les échanges commerciaux entre le Zimbabwe et la Russie ont augmenté de 4 millions de dollars US au cours de deux dernières années. En tant que productrice de minerais, du pétrole et du gaz, la Russie voit un moyen de renforcer son rôle dans un monde multipolaire en investissant en Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *