Malawi : l’UE demande plus de reformes

La chef de la diplomatie européenne,  Catherine Ashton, a reçu la présidente malawite Joyce Banda à Bruxelles, en marge des journées européennes de développement. Au cours de cet entretien la diplomate européenne a exhorté le chef d’Etat du Malawi à poursuivre les reformes économiques et politiques pour rétablir l’aide européenne. Le Malawi a en effet mis en place une politique ambitieuse dans le but de stabiliser  l’économie et de fixer le cap d’une croissance durable. Il a également entrepris la dévaluation de la monnaie locale par rapport au dollar en tenant compte de la réalité du marché. Cette rencontre a eu pour effet de rassurer ce pays d’Afrique australe, après les récentes déclarations de l’ambassadeur européenne au Malawi. Celui-ci avait affirmé que le Malawi ne devrait pas compter sur un plan d’aide  en dépit des reformes entreprises. Pour l’ambassadeur européen, il est improbable que les donateurs accordent de l’aide au Malawi pour résoudre les problèmes que ses hommes politiques ont eux-mêmes créés. Il faudrait que ce petit Etat d’Afrique australe gagne en crédibilité. Car même s’il a changé de président, le Malawi demeure aux yeux de la communauté internationale comme un pays où les choses n’ont pas bougé. Des doutes de la part des donateurs subsistent quant à l’application effective des reformes. Toutefois la banque mondiale et le Fonds Monétaire International (FMI) ont déjà recommencé à aider le pays. Ces institutions financières ont affirmé leur foi en l’économie malawite malgré la croissance fragile et le risque de récession.

Pour rappel, les bailleurs de fond européens avaient suspendu l’aide du Malawi, qui représentait 40% de son budget, à cause de la mauvaise gouvernance et du non respect des droits de l’homme par l’administration dirigée par l’ancien président Mutharika, décédé en avril dernier. La présidente du Malawi pense que son entrevue avec la patronne européenne de la diplomatie, permettrait de rétablir rapidement les relations du pays avec le vieux continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *