Maroc Telecom maintient le cap malgré une baisse de son bénéfice en 2013

ahizoune-maroc-telecomMaroc Telecom (IAM) a annoncé jeudi une baisse de 17,4% de son bénéfice net annuel à 5,54 milliards de dirhams (1 EURO = 11.20 MAD), consécutive à une charge fiscale d’un milliard de dirhams (environ 89,2 millions d’Euros).
Le géant marocain des télécommunications a du verser un total de 1,5 milliard de dirhams à l’Etat dans le cadre du règlement à l’amiable d’un redressement fiscal, dont il avait déjà provisionné 468 millions de DH.
Le président du directoire de Maroc Telecom, Abdeslam Ahizoune qui a fait de cette boîte un fleuron de l’économie marocaine, a précisé qu’il s’agit d’un versement exceptionnel qui est intervenu peu avant l’annonce des résultats de l’opérateur. Pour Ahizoun « cela n’a pas modifié nos résultats de manière significative », puisque le résultat opérationnel consolidé du groupe a augmenté au cours de la même année, de 0,1 pc à près de 10,98 milliards de DH.
Le chiffre d’affaires (CA) annuel de Maroc Telecom a reculé l’an dernier, de 4,3% sur le marché national, entrainant une baisse de ses revenus de 8,1%, malgré une hausse du nombre des abonnés à 37 millions. En revanche sur le marché africain, où l’opérateur marocain est bien introduit, son CA a progressé de 13,9% au Gabon, de 9,3% au Mali, de 6,3% au Burkina Faso et de 9,1% en Mauritanie.
Maroc Telecom précise ainsi, avoir atteint en 2013 son objectif d’une marge d’exploitation de 56,8%, contre 56% en 2012, grâce à des réductions de coûts, dont une contraction de 14% de ses effectifs, soit 1.404 emplois.
La concurrence acharné que se livrent les trois opérateurs présents sur le marché domestique, Maroc Telecom Inwi et Meditel, dont France Télécom détient 40 % du capital a entrainé de fortes baisses de prix du Mobile et une réduction des tarifs de terminaison d’appel, compensées en partie par la forte croissance des revenus de l’international (+9,5 pc).
Mais grâce au dynamique et à la lucidité de son PDG, Abdeslam Ahizoune, Maroc Telecom s’est vite lancé à la conquête du marché africain dont, il est devenu le deuxième plus grand opérateur télécoms.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *