Deux journalistes ivoiriens arrêtés pour «fausses nouvelles»

Deux journalistes ivoiriens ont été interpellés et détenus hier lundi à Abidjan, pour «divulgation de fausses informations», selon lesquelles les comptes du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, étaient gelés.

Dan Opeli, directeur de publication du journal «Le quotidien», proche de l’opposition et Yves Kuyo, journaliste, ont «été convoqués par la gendarmerie et gardés pour être présentés mardi au procureur de la République», a expliqué Guillaume Gbato, secrétaire général du Syndicat national des professionnels de la presse de Côte d’Ivoire (Synapp-CI).

Dans un communiqué en fin de semaine dernière, le procureur de la République avait déploré que «les affirmations» parues sur ce jour-là sur Le Quotidien, «sont fausses et mensongères (…) et qu’aucune enquête judiciaire n’a été diligentée par le parquet contre le Président de l’Assemblée nationale, et ses comptes bancaires ne font l’objet d’aucune réquisition de gel de la part du procureur de la République».

Il a également précisé que le parquet a demandé à la gendarmerie, d’ouvrir une enquête et de lui amener les auteurs de l’article incriminé.

Une arrestation que déplore le syndicat des professionnels de la presse ivoirienne, qui dénonce «une violation inacceptable de la liberté de la presse» dont le gouvernement ivoirien commence «à être coutumier du fait».

«Nous demandons la mise en liberté immédiate et sans condition des deux journalistes. On peut poursuivre la procédure en les laissant libres», a réagi le secrétaire général du Synapp-CI.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *