Deux Rwandais tués pour avoir violé les consignes du confinement

Deux Rwandais ont été abattus par balles ce jeudi, par la Police pour avoir violé les mesures de confinement en vigueur dans le pays depuis une semaine pour freiner la propagation du coronavirus.

Les deux hommes, d’une vingtaine d’années, «ont tenté de s’opposer aux officiers», a déclaré le porte-parole de la Police nationale rwandaise, John Bosco Kabera, sans plus de détails.

Le Rwanda est connu pour sa grande rigueur, et le chef de l’Etat Paul Kagamé avait prévenu qu’il ne tolérerait aucune indiscipline qui pourrait mettre à mal le dispositif de riposte au coronavirus.

Le pays qui compte une quarantaine de cas de Covid-19, est entré en confinement général le 22 mars pour une durée de deux semaines. Durant cette période, les déplacements non essentiels et les visites hors du domicile ne sont pas autorisés, sauf les sorties pour s’approvisionner, pour se faire soigner ou se rendre à la banque.

Les frontières du pays sont également fermées mais accessibles au trafic de marchandises et aux citoyens rwandais de retour chez eux.

Trois Centres de traitement pouvant accueillir 300 personnes sont prévus pour les malades, et ils sont équipés de respirateurs. Le pays entend également équiper les différents districts.

Les sensibilisations se poursuivent au Rwanda sur les bonnes pratiques afin de se prémunir contre le Covid-19. Le président Paul Kagame a donné l’exemple en se prêtant au lavage des mains dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et dans laquelle il «a lancé le défi à ses pairs du continent d’en faire autant».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *