Afrique du Sud : Zones d’ombre sur le drame de Marikana

South African President Zuma gestures before making a speech during Mandela's national memorial service in JohannesburgIl y a près de deux ans, une trentaine de mineurs grévistes, ont trouvé la mort dans une fusillade à Marikana. Actuellement, une commission d’enquête se charge d’élucider les raisons de ce drame. Mais, depuis peu, la disposition légale lui permettant de questionner les membres du gouvernement, a été retirée par le président sud-africain. Ce qui pouvait susciter des interrogations sur la nature des motivations de Jacob Zuma.
L’affaire a éclaté le 30 avril dernier .Selon le juge en charge de cette commission d’enquête, le chef d’Etat en a modifié le mandat. De ce fait, elle n’est plus habilitée à enquêter sur « le rôle des ministères et des agences publiques  dans ce drame ». Comme si cela ne suffisait, le journal officiel a fixé au 31 juillet le terme des auditions que la commission est censée effectuer. Vu ces multiples contraintes, la société civile n’en fait aucun doute : « La commission ne pourra pas réunir suffisamment de preuves », se sont inquiétées les associations. Dans le même ordre d’idées, celles-ci trouvent nécessaire que le ministre de la Police Nathi Mthethwa et le vice-président de l’ANC, Cyril Ramaphosa, s’expliquent devant la justice. A noter que ce dernier faisait partie du conseil d’administration du minier britannique Lonmin en aout 2012. Et, selon certaines rumeurs, il serait  prochainement désigné comme vice-président de l’Afrique du Sud. De l’avis de l’opposition, le président cherche tout simplement à « protéger ses amis ».
A titre d’information, trois mineurs non grévistes et une de leurs épouses ont été tués à la machette lundi dernier, à la mine de platine de Marikana. Pourtant, cette mine devrait rouvrir le même jour, après trois mois d’interruption du fait d’un mouvement de grève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *