Centrafrique : L’ex-Séléka nie avoir signé l’accord de Brazzaville

Joseph-nie-accord-brazaL’ex-rébellion centrafricaine Séléka a annoncé, dans un communiqué paru samedi, qu’elle ne se reconnait pas dans l’accord de paix signé récemment Brazzaville en vue de mettre fin à la crise en Centrafrique.

« Personne n’a été mandaté pour signer l’accord de cessation des hostilités au nom de la Séléka », indique le communiqué signé par le général Joseph Zoundéko, chef d’état-major de l’ex-rébellion basée dans le centre du pays.

L’accord de Brazzaville a été signé le 23 juillet dernier, à l’issue d’une réunion tenue sous la médiation du président congolais Denis Sassou Nguesso. Elle a été boycottée dans un premier temps par la Séléka qui réclamait notamment la partition de la Centrafrique. Ce n’est qu’après de tumultueuses négociations que l’ex-groupe rebelle a accepté de rejoindre la table des pourparlers.

Pour rappel, la Séléka composée majoritairement de musulmans, a joué un rôle déterminant dans le déclenchement de la crise centrafricaine. Cette milice qui a organisé le coup d’Etat pour renverser le président François Bozizé en mars 2013, a été chassée du pouvoir en janvier dernier grâce à l’opération militaire française Sangaris. Cette coalition a été dissoute, avant de renaître de ses cendres en mai dernier. Depuis, elle a installé son état-major à Bambari (dans le centre du pays), où les violences ont repris, faisant plusieurs dizaines de victimes. Elle reste néanmoins confrontée à des clivages internes, ayant entraîné notamment la formation d’une faction opérant dans le nord du pays, sous le nom de « Séléka Birao ». Depuis le début de la crise, la Séléka est constamment opposée à la milice chrétienne anti-Balaka. Les affrontements entre les deux camps ont fait des milliers de morts, et entraîné des déplacements massifs, surtout parmi les communautés musulmanes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *