Nouveau drame de l’immigration clandestine au large de la Libye

Les gardes-côtes libyens ont annoncé avoir repêché les dépouilles d’une femme et d’un enfant et secouru 73 autres migrants dimanche à la suite du naufrage de leur embarcation au large de la Libye.
Selon le porte-parole de la marine libyenne, le général Ayoub Kacem, 75 migrants se trouvaient à bord de l’embarcation sans moteur qui leur été volé par des inconnus en pleine mer.
Les clandestins se sont alors retrouvés immobilisés au large alors que leur embarcation commençait à sombrer dans l’eau, à 14 milles nautiques au large de Garabulli, une localité située à l’est de la capitale libyenne, Tripoli.
Les 73 migrants sauvés ont été conduits au centre de rétention de Tajoura, dans la banlieue-est de Tripoli, a indiqué le général Kacem. Selon la même source, ces clandestins sont d’origine kenyane, soudanaise, ivoirienne et nigériane.
Durant leur migration vers les côtes italiennes, des milliers d’Africains transitent par la Libye, profitant de l’instabilité politique de ce pays. Mais, en raison d’accords conclus entre Tripoli et Rome et de la décision du gouvernement italien de fermer ses ports aux navires ayant secourus des clandestins en mer, l’Italie a constaté une importante baisse du nombre d’arrivées sur ses côtes depuis mi-2017.
A propos, le porte-parole de la marine libyenne a assuré lors d’une conférence de presse dans la nuit du samedi à dimanche que les « efforts des gardes-côtes libyens ont permis une baisse de plus de 75 % du nombre des départs de migrants » depuis les côtes libyennes.
La baisse du nombre de départs « a fait que nous avons beaucoup moins de naufrages et de victimes en mer », a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *