Togo : la Banque mondiale finance le secteur privé.

La Banque mondiale vient d’octroyer au Togo un financement de 13 millions de dollars américains, environ 6,5 milliards de francs CFA, pour l’amélioration de l’environnement des investissements et la performance des petites entreprises dans le souci de promouvoir le développement du secteur privé. C’est dans l’optique de la mise en œuvre du Projet d’appui au développement du secteur privé (PADSP),  que la Banque mondiale, fait don de ce financement au gouvernement togolais pour permettre de renforcer les réformes du secteur des investissements, encourager les capacités entrepreneuriales et le développement d’une nouvelle zone franche. Pour la Banque mondiale, les objectifs sont clairs, c’est de parvenir à réduire le temps pour la création d’entreprise de 75 à cinq jours pour encourager l’entreprenariat et la formalisation des entreprises, améliorer la performance des petites entreprises pour promouvoir la création d’emplois et développer les compétences entrepreneuriales. Nous rappelons que dans le Rapport Doing Business 2011 de la Banque mondiale, le Togo occupe la 160ème place sur 183 pays. D’après ce même rapport, «le Togo n’a pas fait d’efforts de réformes pour gagner des points» notamment en ce qui concerne le paiement des impôts, l’obtention de prêt, l’octroi de permis de construire, le transfert de propriété, la protection des investisseurs, le commerce transfrontalier et l’exécution des contrats. Ainsi pour prendre des mesures adéquates et convaincantes, le président de la République, Faure Gnassingbé, a créé un Conseil présidentiel pour l’investissement au Togo (CPIT), le 26 mars dernier, dont la principale mission est de valoriser le potentiel économique du pays afin d’attirer les investisseurs étrangers, notamment dans les domaines des infrastructures, du tourisme, de l’agriculture, de l’énergie, des mines et des télécommunications.

One thought on “Togo : la Banque mondiale finance le secteur privé.

  1. J’apprécie très vivement l’assitance financière que la Banque Mondiale a accordée au Togo dans le cadre de l’amélioration de l’environnement des investissements et de la performance des petites entreprises. Il ne fait aucun doute que le secteur privé est le vecteur de la croissance économique de part l’accroissement de la production, la création de nouveaux emplois et le paiement des salaires qui représentent des sources de revenus et l’accroissement de la consommation. Pour la relance sans équivoque de l’économie de tout pays, un cadre adéquat et approprié devra être offert à tous les investisseurs afin de les amener à investir davantage dans les secteurs de l’économie nationale du Togo. Pour y parvenir, je pense que des mesures d’exonération fiscale et des mesures d’accompagnement telles que le soutien et l’aval de l’Etat togolais aux entreprises qui auront besoin des financements (crédit à long et moyen terme) des banques primaires pour acquérir des équipements pour lesquels des exonérations des droits de douanes peuvent être aussi accordées s’il est démontré que lesdits équipements doivent provenir de l’extérieur. Les réformes doivent être entreprises et poursuivies pour faciliter la vie et la survie des petites entreprises qui sont parfois appellées à disparaître quelques années voire quelques mois après leur création lorsqu’on sait que le paiement des impôts est imposé aux petites entreprises avant même le démarrage de leurs activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *