Angola : Evaluation des comptes par le FMI

Le Fonds Monétaire International (FMI) a repoussé de cinq semaines le dépôt de la dernière tranche de son prêt à l’Angola prévu au départ pour le 22 février de cette année. L’institution de Bretton Woods a justifié cette décision par la nécessité de procéder à une dernière évaluation des comptes du pays. Les contributions de l’institution financière à l’Angola avaient été portées à 1,2 milliards depuis 2009. Au mois de novembre de l’année dernière, le FMI avait approuvé la gestion budgétaire de l’Angola et lui avait accordé une tranche de crédit de 135 millions de dollars US. Toutefois dans la foulée, celui-ci lui avait demandé une meilleure gestion des revenus de pétrole. Et pourtant un rapport de l’ONG britannique Global Witness a noté de très importantes différences entre les revenus pétroliers indiqués par les ministères des finances et du pétrole et ceux déclarés par Sonangol dans sa compatibilité. Rappelons également que le FMI s’était inquiété d’un trou de 32 milliards de dollars US dans le budget de l’Angola, soit 25% du Produit Intérieur Brut (PIB) de 2011. Ce décalage dans les comptes aurait été dû à des opérations entreprises par la compagnie pétrolière d’Etat au nom du gouvernement, financées par les revenus du pétrole, mais non enregistrées dans les comptes publics. De son côté le gouvernement angolais a nié le détournement de ce 32 milliards de dollars US prétextant que ces accusations de fonds publics font partie d’une campagne habituelle de certains médias qui veulent discréditer les hauts fonctionnaires angolais.

Une équipe du Fonds devra être en Angola dans une semaine pour effectuer une dernière révision des performances économiques du gouvernement angolais. C’est à l’issue de cette mission que sera disponible le dernier versement du crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *