Zimbabwe : Réduction du salaire du chef de l’Etat

mugabeA cause de la crise économique que connait le Zimbabwé, le président  Robert Mugabe a  annoncé la réduction de  son salaire à 4.000 dollars par mois.
« Je gagne 4.000 dollars maintenant car les temps sont durs », a déclaré M. Mugabe dans une interview accordée à la BBC, et dont les extraits ont été relayés par les médias locaux. L’on ignore toutefois quel était le montant du salaire antérieur du président.Il n’empêche que ce président, au pouvoir depuis 1980, est connu pour son goût du luxe.  Ainsi,  il s’est fait récemment  construire, une résidence privée  estimée à plus de  10 millions de dollars. En février dernier,  les noces de sa fille avaient donné lieu à de grandioses festivités,  en présence de plus de 4.000 invités, avec des dépenses dépassant toute logique.
Dans le même cadre des mesures  d’austérité,  le gouvernement zimbabwéen a annoncé le mois dernier, une réduction du traitement des chefs d’entreprises d’Etat. Elle est intervenue après la publication d’articles  dénonçant de nombreux abus, à l’instar  du directeur  de la sécurité sociale qui  touchait 535.499 dollars par mois.
Pour rappel, une grave crise économique avait contraint le Zimbabwe à abandonner, dans les années 2000, sa monnaie nationale.  Depuis, le pays demeure économiquement fragile  vu que le salaire mensuel moyen est de 300 dollars, et 80% de la population active serait au chômage.
De nombreux experts  se montrent pessimistes quant à l’avenir économique du pays.  Ils craignent notamment que les investisseurs soient découragés par politique radicale que mène M. Mugabe qui  oblige les groupes étrangers à céder la majorité de leurs participations dans  leurs affaires zimbabwéennes à des intérêts locaux. De même,  les entreprises sont menacées par un manque de liquidités. En décembre dernier, des émeutes avaient éclaté devant les succursales de deux banques  qui n’avaient pas réussi à fournir assez d’argent  à leurs clients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *