Coopération africaine contre le terrorisme

terrorisme

A l’issue d’une réunion en fin de semaine dernière, les chefs de renseignements de plusieurs pays africains ont fait écho aux appels des Nations unies à accroître leur coopération de manière à lutter plus efficacement contre la menace terroriste qui prévaut sur le continent.
Le CISSA (Comité des services de renseignements et sécurité africains) de l’Union africain a également été représenté à la réunion. Les pays africains sont invités à réagir devant la mutation de la menace terroriste dans le monde. Les experts estiment que, des Shebabs en Somalie et au Kenya à AQMI au Mali et au Sahel en passant par Boko Haram au Nigéria, les groupes terroristes actifs sur le continent africain pourraient s’inspirer de l’évolution de l’Etat Islamique en Irak et en Syrie.
Actuellement peu de preuves vont dans le sens de liens directs entre ces groupes qui revendiquent souvent des liens avec Al-Qaïda. Bien que la nébuleuse terroriste soit directement concurrencée par l’Etat Islamique. Boko Haram a annoncé il y a quelques jours avoir placé la ville de Gwoza dans le nord-est du Nigéria sous le règne d’un califat islamique. Les sources de financement des groupes terroristes se sophistiquent et leur action est facilitée par les frontières poreuses des pays africains.
Une réunion devait être organisée mardi à Nairobi par l’Union africaine pour traiter de cette menace. Les pays africains devraient travailler à une meilleure mise en commun de leurs ressources, renseignements et informations, pour être plus efficace au niveau régional et continental.
Au début du mois dernier, le président américain Barack Obama a promis aux dirigeants africains qu’il avait réuni à Washington une aide dans leur lutte contre les islamistes. Mais une solution durable à cette menace sur le continent africain passe par une réponse aux problèmes de pauvreté, de mauvaise gouvernance, de corruption et de marginalisation économique, sociale et politique qui figurent parmi les causes profondes de la situation actuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *