Niger : Le parlement refuse d’examiner une requête contre le président Issoufou

issoufouLa requête déposée par l’opposition nigérienne qui demande la « mise en accusation » du président Mahamadou Issoufou pour « haute trahison », a été « rejetée » par une commission parlementaire et ne figurait pas mercredi parmi les points de l’ordre du jour du Parlement, a indiqué son vice-président.

« La requête a été rejetée car nulle part dans les textes il n’a été dit que la Conférence des présidents (Commission réunissant les présidents des groupes parlementaires) doit examiner une requête aux fins de mise en accusation du président de la République », a expliqué Daouda Mallam Marthé, le premier vice-président de l’Assemblée et membre du parti au pouvoir.

La conférence des présidents établit les points devant être débattus par le Parlement dont 79 députés sur les 113 que compte l’hémicycle, sont favorables au président Issoufou.

Le président du Parlement Amadou Salifou, a « envoyé une correspondance officielle » à l’opposition pour « notifier que la requête a été rejetée », a précisé Daouda Mallam Marthé.

« Que vous voulez en discuter ou non, elle (la requête) reste une épée de Damoclès qui reste suspendue sur votre tête », a lancé, Bakari Saïdou, un élu de l’opposition.

Une trentaine de parlementaires de l’opposition nigérienne avait déposé le 11 novembre, la « requête » demandant la mise en accusation du président Mahamadou Issoufou pour haute trahison. Les opposants accusent le président Issoufou d’avoir bradé les ressources naturelles du pays en lien avec « les conventions obscures » d’exploitation de l’uranium signées en 2014 avec le groupe français Areva.

L’opposition l’accuse aussi le chef de l’Etat « de violer les libertés individuelles », en raison « des interdictions » par le régime « de manifestations des opposants ». Elle « accuse » également les autorités d’avoir « restitué » à des opérateurs Nigérians, plus de 8 milliards FCFA (12 millions d’euros) saisis en août dernier, par la douane à l’aéroport de Niamey.

Une élection présidentielle, dont le premier tour couplé à des législatives est programmé le 21 février 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *