Des médias camerounais sanctionnés pour manquements dans leurs fonctions

Plusieurs directeurs de médias et journalistes camerounais ont été sanctionnés cette semaine par le Conseil national de la communication (CNC), instance chargée de réguler la presse nationale, pour «manquements» dans l’exercice de leur métier.

Parmi eux, figure Chantal Roger Tuile, directeur de publication de la «Tribune de l’Est», interdit d’exercer la profession de journaliste au Cameroun. Il paie ainsi les frais de ses démêlés dans l’affaire des salaires des Directeurs de sociétés d’Etat, ainsi que ses déboires avec Mekulu Mvondo Akame, le directeur général de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnps).

De son côté, le directeur du journal « Le Devoir Libre », Harrys Robert Myntia Meka est interdit d’exercice pendant six mois, pour avoir publié des informations «non fondées» dans lesquelles il imputait des «malversations diverses» au directeur d’un projet hydroélectrique au Cameroun.

Une suspension de deux mois a aussi été prononcée contre Jean-Pierre Amougou Belinga, directeur de la publication et les journalistes Ernest Obama Nana et Sidoine Leukoue Monkam de la télévision privée Vision 4.

La chaîne avait diffusé des propos et des images compromettants d’un plaignant présenté nu à l’antenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *