Madagascar : La conquête des chefs d’Etat de la SADC se poursuit

Le sommet de la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) prévue pour le 20 mai prochain, et sensé donner le verdict sur la feuille de route de sortie de crise malgache , ne cesse d’orienter les actions des dirigeants de la Haute Autorité de Transition (HAT). En effet, après  les déplacements du président de la Transition, M. Andry Rajoelina, c’est au tour du général Camille Vidal, premier ministre du gouvernement de transition, d’aller à la conquête de la sympathie des dirigeants de la SADC.  En compagnie de M. Pierrot Rajaonarivelo et de M. Yves Aimé Rakotoarison, tous deux ministres d’Etat, ainsi que de la ministre des Affaires étrangères, Mme Yvette Sylla ; le chef du gouvernement malgache s’est rendu à Maurice, l’un des pays membre du bloc économique régional ayant affiché son soutien à la feuille de route. Au cours de cette visite, il est prévu un entretien avec le premier ministre mauricien, M. Navin Ramgoolam, et le vice-Premier ministre Xavier Duval. M. Vidal tente aussi de décrocher des rencontres avec d’autres dirigeants des pays membres de la SADC. Il aurait demandé une audience auprès de Jacob Zuma, président sud-africain, pour faire part de l’évolution de la situation politique à Madagascar ainsi que des perspectives d’avenir du pays avant le 20 mai prochain. Il souhaiterait également dans un entretien fraternel et privilégié, faire un rapport des différentes rencontres effectuées par le président Andry Rajoelina auprès d’autres dirigeants des pays membre du bloc économique régional. Enfin, il semblerait que le chef du gouvernement malgache aurait également demandé une audience auprès d’autres chef d’état, à savoir celui des îles Seychelles, du Zimbabwe, du Lesotho, du Swaziland et de la Namibie.

One thought on “Madagascar : La conquête des chefs d’Etat de la SADC se poursuit

  1. Tant que ce monsieur ne voudra pas accepter de rencontrer l’ex-président Ravalomanana chassé du pouvoir, tout ce ramdam ne sera que peine perdue. La vraie reconciliation nationale ne pourra se faire sans cet ultime geste de bonne volonté de sa part. Retour aux pays de tous les anciens présidents réduits à l’exil et libération de tous les prisonniers politiques, ce serait un bon début de négociations pour faire repartir Madagascar sur des bases de développement + sereines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *