Le Bénin s’associe à l’américain Smithsonian Institution pour développer son tourisme

Le gouvernement béninois, représenté par l’Agence nationale de promotion des patrimoines et de développement du tourisme (ANPT), et la Smithsonian Institution aux USA ont signé en début de semaine, un mémorandum d’entente, ouvrant le champ à une future collaboration pour le développement de l’offre touristique et culturelle du pays.

Cette entente rentre dans le cadre du programme de développement dénommé «Bénin Révélé», qui vise à promouvoir davantage le secteur du tourisme de l’ex-Dahomey.

La future collaboration entre le bénin et Smithsonian, a principalement pour avantage, le développement des musées et sites touristiques du pays ouest-africain. Parmi les projets visés, figurent le musée du Vaudou à Porto-Novo et le port d’Ouidah, haut lieu de mémoire de la traite négrière, mais aussi les sites naturels, notamment celui de la Pendjari.

Le projet «Bénin Révélé», lancé par l’administration Talon en décembre 2016, est un programme de développement et d’investissement sans précédent, doté d’un budget de 9.039 milliards de F CFA, sur une période de 5 ans.

Il repose notamment sur 45 projets phares dans 9 secteurs stratégiques et aspire à porter le taux d’investissement à 34% du PIB (contre 18,8% initialement), via une collaboration accrue avec les partenaires du secteur privé.

Le Bénin disposant déjà d’un potentiel touristique énorme, il s’agira de réaliser des chantiers qui le mettent en valeur et tirer parti du patrimoine historique, culturel et naturel pour développer cette activité, fortement pourvoyeuse de retombées économiques et d’emplois.

«Le secteur serait actuellement exploité à seulement 2 à 5% de son potentiel. Le Bénin a pourtant marqué l’histoire du monde. Berceau du vaudou, il abrite notamment les reliques de l’ancien Royaume de Dahomey, ainsi que l’ancien port d’esclaves de Ouidah, qui a vu près de 2 millions d’hommes quitter le continent après avoir été vendus aux pays occidentaux», a exposé José Pliya, directeur de l’ANPT, à la signature du protocole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *