Togo: Le gouvernement justifie le retard du déploiement de la 4G

Annoncé il y a un moment déjà, le déploiement de l’internet mobile 4G tarde à être effectif au Togo. Et selon les autorités locales, ce retard est imputable au manque de terminaux compatibles 4G, au sein de la population consommatrice.

Devant les députés à l’Assemblé Nationale en fin de semaine dernière à Lomé, la ministre togolaise des Postes et de l’Economie numérique, Cina Lawson a estimé que «la plupart des smartphones utilisés par les Togolais sont limités à la 3G. Seuls 5% du parc sont compatibles 4G». Des « contraintes d’ordre techniques » donc, selon la ministre, qui justifient le fait que les deux opérateurs de téléphonie mobile du pays, Togo Cellulaire et Moov Togo, n’offrent toujours pas la 4G à leurs clients.

Et il est question pour l’heure, selon Mme Lawson, de trouver les moyens pour faciliter l’accès des populations togolaises, à de nouveaux terminaux de dernières générations, afin d’accélérer l’évolution technologique dans le pays, et l’amélioration du service internet mobile.

«L’exonération de taxes sur les équipements électroniques récemment décrétée, devrait accélérer le renouvellement des appareils et inciter alors les opérateurs à investir lourdement pour basculer vers la 4G», a estimé la ministre.

Dans ce pays d’Afrique de l’ouest où la qualité de la connexion internet laisse encore à désirer, les arguments de la ministre de l’économie numérique ont du mal à convaincre les consommateurs.

« Combien de Togolais possédaient un smartphone, avant le lancement de l’internet mobile dans ce pays ? Pourtant, une fois lancé, l’internet mobile a incité les gens à se procurer les terminaux compatibles, malgré leur bourse. Je crois que c’est ce qui devrait se faire avec la 4G aussi. Une fois lancée, la 4G poussera les consommateurs à changer de téléphone, afin de mieux en jouir. Ce ne sont pas les smartphones qui vont faire venir la 4G, mais plutôt la 4G qui doit ouvrir les marchés togolais aux smartphones compatible 4G », analyse un observateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *