Insécurité transfrontalière : Des pays ouest-africains veulent se doter d’un mécanisme de renseignements

Cinq pays d’Afrique de l’Ouest sont réunis depuis mardi 17 avril, à Lomé, la capitale du Togo, pour peaufiner une stratégie de partage de renseignements, afin de lutter efficacement contre l’insécurité au sein de l’espace constituant le Conseil de l’entente dans cette zone du continent.

 

Durant trois jours, les chefs des polices et des gendarmeries du Bénin, du Burkina Faso, de Côte d’Ivoire, du Niger et du Togo vont passer au peigne fin, un document sur un mécanisme, entente de renseignements, commandé par le Secrétariat exécutif du Conseil de l’entente, face à l’insécurité croissante dans la région alimentée par la cybercriminalité transfrontalière.

 

Ils avaient déjà examiné ledit document au cours de la troisième réunion annuelle du Comité des experts en charge de la sécurité et des frontières du Conseil de l’entente.

 

Le mécanisme en cours d’élaboration vise à renforcer la coopération sécuritaire entre les cinq pays, en raison du niveau et de la complexité des menaces sécuritaires, a expliqué Patrice Kouamé, Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente.

 

L’idée finale est de pouvoir communiquer en temps réel sur les informations, les menaces sécuritaires à l’échelle de l’espace de l’Entente, a souligné Moko Issa, directeur du département de la coopération politique, de la paix et la sécurité du Conseil de l’entente.

 

A l’issue des trois jours de travaux, la réunion de Lomé devra accoucher d’une version finale du mécanisme, qui sera soumise à la prochaine session des ministres et au sommet du Conseil de l’entente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *